Actualités


Journée Mondiale du Diabète


Rendez vous Jeudi 14 novembre 2019 à l’Espace Encan de la Rochelle !


Pour la 13ème année consécutive, nous seront présents toute cette journée, avec nos partenaires, pour vous accueillir, vous, vos patients et leur entourage.

Ce temps d’échanges et d’informations est dédié au diabète et à ses conséquences. 

Le programme est déjà en ligne : cliquez ici pour retrouver toutes les activités de la journée : conférence, ateliers interactifs à thème, théâtre, concours de patisserie, stands de dépistage, de conseils et d’information … 


Vos patients peuvent d’ores et déjà s’inscrire aux ateliers théâtre et concours de pâtisserie :

🍰 Bulletin d’inscription concours de pâtisserie 

🎭 Bulletin d’incription pour le théâtre




Les années passées…

2018 : Près de 300 personnes ont foulé le sol de l’espace Encan cette journée-là. Ils ont pu déambulé dans le hall Atalante à la rencontre des associations de patients et des prestaires de santé, toujours fidèles à nos côté pour cet évènement. Ensuite, chacun pouvait participer à l’activité qui lui convenait : la conférence du Dr Gouet sur l’actualité en diabétologie dans le plan santé, l’atelier théâtre, l’atelier cuisine qui mettait les lentilles à l’honneur, la sophrologie et l’éveil et réveil musculaire, les stands de prévention, d’information et de conseils, sur le diabète et le tabac, le soin des pieds, et nouveauté cette année, le soins des dents proposé par le Dr Bugnon, odontologiste.

2017 : Près de 300 personnes ont participé à cette 27è édition. Le programme était composé d’une conférence « Vaccination et risque infectieux » animée par le Dr X.Pouget-Abadie et d’une conférence «  Diabète gestationnel «  animée par le Dr D.Gouet ; d’un concours de pâtisserie amateur, d’une représentation théatrâle mettant en scène la vie quotidienne et le vécu du diabète, d'ateliers prtatiques (découverte de la sophrologie, éveil et éveil musculaire, atelier diététique sur l’oeuf dans tous ses états, les nouveaux moyens de mesurer sa glycémie, optimizer sa santé cardio-vasculaire), d’un stand de dépistage du pied à risque avec conseils de soins et de prévention, d’un stand de dépistage du diabète et infos tabac, d’un stand de dépistage de la rétinopathie diabétique.

Les participants ont pu rencontré les acteurs du milieu associatif et visiter les stands des prestataires de santé.

Retrouvez l’interview du Dr Sarah Longé sur le diabète et le tabac, dans l’émission des experts sur France Bleue le 9/11/17 : https://www.francebleu.fr/emissions/la-vie-en-bleu-l-expert-du-jour/la-rochelle/la-vie-en-bleu-l-expert-du-jour-tabac-et-diabete 

L’UTTEP : Unité Transversale et Territoriale d’Education thérapeutique du Patient

Le GHTA 17 se dote d’une Unité Transversale et Territoriale d’Éducation Thérapeutique du Patient (UTTEP).

1er juillet 2018, naissance de l’UTTEP Atlantique 17

« L’éducation thérapeutique (ETP) s’inscrit dans le parcours de soins du patient atteint d’une maladie chronique. Elle a pour objectif de rendre le patient, plus autonome en facilitant son adhésion aux traitements prescrits et en améliorant sa qualité de vie », comme le mentionne la loi n° 2009-879 HPST.

Une offre d’ETP devrait être proposée à tous les patients atteints de maladie chronique dans le cadre de leur parcours de soins.

L’ETP constitue un axe stratégique des projets d’établissement, et c’est dans ce contexte que le GHTA 17, pour valoriser l’ETP au sein de son projet médical, a permis la création de cette nouvelle unité au mois de juillet dernier.


L’UTTEP se veut l’interlocuteur privilégié en matière d’ETP, auprès de l’ARS Nouvelle-Aquitaine, des équipes du GHT, des professionnels extérieurs aux établissements de santé, des professionnels libéraux, des structures privées et des associations d’usagers. Elle est une unité ressource pour toutes les équipes.

L’UTTEP fonctionne grâce à une équipe de coordination constituée d’un médecin coordinateur, d’une infirmière, d’une diététicienne, formés à l’ETP et à la coordination de programmes, et d’une secrétaire. 

Ses missions s’articulent autour de 4 axes principaux :

  • Appuyer et accompagner les projets et les programmes d’ETP en aidant les équipes à écrire le projet, mettre en place le programme selon les critères définis par l’HAS et réaliser les évaluations annuelles et quadriennales.
  • Coordonner en interne et en externe le développement de l’ETP, valoriser et faciliter son développement, décloisonner entre la ville et l’hôpital, 
  • Devenir un centre de ressources et relayer les formations en ETP (formation aux 40h, formation à la coordination de programmes, DU, Master, formation continue…)
  • Favoriser les échanges et les collaborations autour de l’ETP via l’organisation de réunions de partage d’expériences, de pilotage de projets transversaux avec d’autres UTEP, d’autres établissements de santé du territoire, des associations, de l’UNAASS, de la plateforme ETP Nouvelle Aquitaine, de la Cellule ETAPE, de l’IREPS.

Cependant, il ne s’agit pas d’une équipe mobile d’ETP, ni d’un centre d’ETP et elle n’a pas pour vocation à se substituer aux équipes soignantes pour dispenser l’ETP.

Un territoire dynamique

Une vingtaine de programmes ont été déjà recensés sur le territoire nord du département portant sur des thématiques variées comme l’insuffisance cardiaque, le diabète de l’enfant et de l’adulte, la sclérose en plaques, la chirurgie bariatrique, l’asthme chez l’enfant, la BPCO, les lombalgies, la bi-polarité et les troubles neuro-périnéaux …

Des nombreuses rencontres et des contacts ont déjà eu lieu avec les équipes du GHT, les maisons de santé, le Centre Richelieu, le centre Cardiocéan, les infirmières Asalée …

Les équipes rencontrées se sont montrées enthousiastes et motivées, malgré leurs difficultés à mobiliser du temps et des moyens humains autour de ces projets. Au Centre Hospitalier de La Rochelle, l’UTTEP a été sollicitée par les équipes de rhumatologie, du centre anti douleur, de psycho-gériatrie, et de cardiologie qui travaillent à la réalisation de nouveaux programmes.

« Nous leur apportons notre expertise en termes d’ETP, nous mettons à leur disposition des outils pour construire et animer leur programme, nous leur permettons d’y voir plus clair quant à la construction du dossier lui-même. Nous sommes là également pour les accompagner lors des évaluations annuelles et quadriennales » explique le Dr Djakouré, médecin coordinateur. « Nous ne pouvons qu’encourager les personnes intéressées à se lancer dans un projet d’ETP à nous contacter. Nous pouvons être à leur côté à chaque étape d’écriture et de réalisation du programme ! » 

Une page dédiée a été créée sur le site du Centre Hospitalier de La Rochelle. On peut ainsi retrouver, en un clic, beaucoup d’informations relatives à l’ETP : des généralités, des méthodes pédagogiques pour animer des séances, des informations pratiques sur les dossiers d’évaluations annuelles et quadriennales, les formations en ETP qui existent sur la Nouvelle-Aquitaine et bien sûr les programmes d’ETP du territoire nord. La page est mise à jour régulièrement, donc pas d’hésitation et rendez-vous sur 

http://www.ch-larochelle.fr/ch-la-rochelle/sante-publique/uttep

Contactez l’UTTEP

Pour tous renseignements, l’équipe de l’UTTEP Atlantique 17 est joignable le lundi, mercredi et jeudi de 9h à 16H30 au 05.46.45.67.13 – ligne directe 5 6713 ou par mail à l’adresse uttep17@ght-atlantique17.fr

La mesure en continu du glucose

Depuis quelques années, l’autosurveillance glycémique a connu des avancées technologiques innovantes.

Bien que les lecteurs de glycémies soient de plus en plus performants et que l’arsenal thérapeutique se soit considérablement développé (insuline, pompe à insuline, materiel d’auto-surveillance,;..), il reste difficile pour certains patients d’être bien équilibré et ce, malgré une auto-surveillance pluri-quotidienne et une insulinothérapie intensifiée.

En effet, en dehors des contrôles glycémiques, certains événements peuvent passer inaperçus comme les grandes variations glycémiques survenant principalement au cours de la journée et parfois la nuit, ou la présence d’hypoglycémie, pas toujours ressenties, notamment nocturne.

La MGC permet, sans avoir à se piquer le bout du doigt, de connaître son taux de glucose interstitiel en continu.

  • On pourra ainsi mieux comprendre la relation entre l’alimentation, les émotions, l’activité physique, l’insuline et la glycémie. De ce fait, il sera plus facile d’anticiper et d’ajuster au mieux les doses d’insulines en fonction des besoins.
  • Cette meilleure compréhension des variabilités glycémiques permet de prendre des décisions thérapeutiques plus adaptées. De ce fait, à long terme, cela réduit le risque de complications du diabète. 
  • Il est possible également, d’éditer des rapports divers sur une période choisie. Il est également possible de les partager à distance avec son médecin ou son infirmière afin de bénéficier d’un suivi et d’un accompagnement en dehors des consultations en cabinet.

On parle désormais le Glucose interstitiel (GI) et non plus de glycémie capillaire(GC).

Le liquide interstitiel est le liquide dans lequel « baigne » nos cellules. 
Les sucres absorbés lors de l’alimentation sont transformés en glucose qui passe d’abord dans le sang (GC) puis dans le liquide interstitiel (GI). Il existe alors un certains décalage en fonction de la stabilité glycémique, celui-ci sera plus important si le taux de glucose varie rapidement. 


Comment cela fonctionne ?

Chaque dispositifs comprend :
➣ Un capteur : à placer soi-même sous la peau (abdomen ou bras selon les dispositifs) et à remplacer périodiquement. Il détecte et mesure le glucose interstitiel

➣ Un transmetteur : il communique les données du capteur au récepteur.

➣ Un récepteur : il reçoit le signal via une liaison sans fil à intervalles réguliers et affiche les données. Le récepteur peut être soit une pompe à insuline, un lecteur de glycémie ou autre moniteur comme un smartphone, par exemple

Il existe 2 type de MGC :

Les systèmes avec alarme et calibration :

Minimed® 640G® + capteur Enlite® (Medtronic )
Dexcom G4® Platinum  (Dexcom 
)

Les avantages de ces systèmes sont le paramétrage d’alarme GI bas ou haut ainsi que de modification rapide à la hausse ou à la baisse du GI. 

Pour le système couplé à la pompe à insuline, on peut également paramètrer un « ARRET TEMPORAIRE» en cas de chute importante du GI.

Ces alarmes sont réglables et leur mise en place doit se faire avec le diabétologue. Il s’agit de systèmes particulièrement intéressants pour les personnes qui font des hypoglycémies sévères notamment nocturnes et/ou qui ne perçoivent pas leurs hypoglycémies. Les résultats de GI apparaissent selon les systèmes sur une pompe connectée ou sur un autre type de récepteur qui peut être un téléphone. 

Ce type de système nécessite une calibration à l’aide d’une glycémie capillaire au minimum toutes les 12 heure (2h après la pose du capteur), cette calibration devant se faire durant une période de stabilité glycémique, avant les repas de préférence.

Le système sans calibration et sans alarme 
FreeStyle Libre® (Abbott)

Dans ce système, la calibration est effectuée une fois pour toute en usine et le système peut être utilisé sans presque jamais faire de GC. Celles-ci restent néanmoins conseillées dans certaines circonstances rares. 

Ce système est maintenant très largement utilisé en France. Il est particulièrement apprécié des enfants mais aussi des parents et des personnes s’occupant d’enfants diabétiques (grands-parents, enseignants) qui n’ont plus à réaliser de mesure de GC. 

Mais il est également particulièrement intéressant en cas de handicap visuel, l’application pouvant « lire » de façon sonore le résultat et rendre un peu de liberté et d’autonomie aux personnes diabétiques malvoyantes ou non voyantes. 

En revanche, ce système ne possède pas d’alarmes et il est nécessaire de scanner très régulièrement le capteur avec le lecteur dédié ou un smartphone compatible. Le capteur est capable de stocker 8 heures de données mais il faut scanner beaucoup plus souvent pour utiliser le système de façon optimale et il a été montré que l’équilibre glycémique s’améliore lorsque le nombre de scans augmente. Même s’il n’existe pas d’alarmes, ce système permet de diminuer la fréquence des hypoglycémies à condition de scanner souvent, que l’on soit traité par pompe ou par multi-injections. 

Les conditions de prescription et de remboursement

La prescription de la MGC est soumise a des conditions précises pour le remboursement :

Ces conditions peuvent varier d’un système à l’autre mais dans tous les cas elle nécessite :

 Une prescription initiale par un diabétologue ou Pédiatre spécialisé en diabétologie (ne peut être faite par le médecin généraliste).
➣ Une formation à l’utilisation du système dans un centre spécialisé avec un programme d‘éducation thérapeutique autorisé et du personnel formé.
➣ Une période d’essai de 15 jours à 3 mois selon le dispositif
➣ Une consultation spécialisée, à l’issue de la période d’essai


Cette consultation permet d’évaluer l’utilisation adéquate du dispositif par le patient , l’atteinte d’objectifs,
 l’équilibre glycémique et la présence d’hypoglycémies sévères. Le  maintien ou non du dispositif sera alors décidé.


Pour aller plus loin: Education à l’utilisation pratique et à l’interprétation de la mesure continue du glucose : position d’experts Français, SFD : Medecine des Maladies Métaboliques, Hors série N° 1, vol 11, juin 2017

Recommandations dans la prise en charge du diabète de type 2

La position des sociétés savantes de diabétologie américaine (ADA) et européenne (EASD) concernant les recommandations dans la prise en charge des patient diabétiques de type 2 nous permettent d’actualiser les stratégies thérapeutiques en intégrant les nouveaux traitements et renforce la nécessité d’une stratégie centrée sur le patient

vous trouverez le texte intégrale : http://care.diabetesjournals.org

Lire les recommandations traduites ADA/EASD 2015 (PDF)


 - © iMac 2015